Religion romaine et esclavage au Haut-Empire

Religion romaine et esclavage au Haut-Empire

Religion romaine et esclavage au Haut-Empire

Rome, Latium et Campanie

Date de publication
03-2021

Auteur publication

La réalité juridique de l’esclave à Rome et l’approche économique de l’esclavage ont longtemps figé nos représentations de la place de l’esclave dans la société romaine. C’est l’objet de cet ouvrage, à partir de la confrontation des sources littéraires et de la riche documentation épigraphique, iconographique et archéologique de Rome, du Latium et de la Campanie, du Ier siècle avant notre ère au IIIe siècle ap. J.-C., que de proposer une réévaluation de la situation de l’esclave sous l’angle de sa participation à la vie religieuse, en réfutant l’idée d’une exclusion induite par le modèle de la religion civique. En interrogeant les modalités d’accès des esclaves aux pratiques religieuses, leur participation aux sacrifices publics, aux cultes des uici, des collegia, de la familia, l’ouvrage pose la question de la nature de leur engagement, de leur initiative, voire de leur autorité dans le cadre d’une religion ritualiste, où les obligations sont conditionnées par le statut, mais où, pour les esclaves, la sociabilité joue un rôle fondamental. S’il n’y a pas de religion propre aux esclaves, c’est bien parce que chacun est à même de participer à la vie religieuse des structures romaines en vertu de l’enchevêtrement des réseaux auxquels il appartient.

Bassir Amiri est maître de conférences HDR en Histoire romaine à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté à Besançon. Ses thèmes de recherche portent sur l’esclavage antique, l’histoire et la religion en Occident romain. Il est également l’auteur de l’ouvrage Esclaves et affranchis dans les Germanies. Mémoire en fragments. Étude des inscriptions monumentales aux éditions Franz Steiner.

Livre en vente sur le site des publications

Version en ligne OpenEdition Books